Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chez Michel
  • Chez Michel
  • : Pa Capona
  • Contact

Articles Récents

Catégories

1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 21:16
nabat--ne-copie-1.jpg  Je connaissais Wagner et l’Anneau des Niebelungen, mais pas celui de Nabatène et ce nom m’interrogeait. Je suis donc allé sur un site consacré à Petra,
 
 
   « Durant de longues années, Petra changea de mains, toutes les puissances locales s'en étant emparées. Les Nabatéens (une tribu de Bédouins nomades parmi les autres) prirent la place laissée libre par les Edomites et développèrent la cité d'un point de vue commercial. Ils contrôlaient une série de routes. Les caravanes apportaient l'encens, les parfums, l'ivoire, la myrrhe, les épices d'Arabie et d'Inde, le bitume de la mer Morte... À leur apogée, les Nabatéens contrôlaient le Sinaï, le Neguev, une grande partie de l'Arabie. Leur territoire s'étendait jusqu'à Damas. Ils avaient créé un ingénieux système de canalisations, ce qui était indispensable vu l'aridité du terrain. Leur puissance était une menace pour les Grecs qui s'employèrent à la diminuer ! Ils lancèrent quelques raids – sans beaucoup de succès - mais les Nabatéens comprirent rapidement que la guerre ne serait pas bonne pour les affaires et achetèrent la paix aux Grecs et plus tard aux Romains. »
 
Je venais de comprendre que ces Nabatéens n’étaient pas n’importe qui, surtout s’ils étaient capables d’acheter la paix, denrée fort chère déjà à cette époque.   Toujours prudent et pragmatique, j’ai commencé à la fin du livre par la carte et la chronologie, étant donné que je ne suis pas un ponte en histoire.
 C’est ainsi que j’ai pu attaquer le roman sur quelques appuis confortables. Attaquer est un bien grand mot, parce qu’en fait, 24 courts chapitres de 4-5-6 pages sur un total de 141, ce n’est pas la Mer (Morte) à boire.
   Comme pour les films, je ne raconte pas l’histoire. Cependant, lors de cette promenade quelque peu agitée en Orient, vous serez pris dans un lacis de thèmes variés, mystère et magie de la transmission et des pouvoirs de l'anneau, guerre, amour, désert…et philosophie. Car un des personnages, Cratos de Sinope, malgré son côté cynique, truculent, pochard et rustre, finit dans un rôle d’ambassadeur, et aura servi « d’éclaireur » dans tous les sens du terme, par sa perspicacité et sa lecture du monde en profondeur.
   Figurez-vous que c’est écrit en bon français, denrée ô combien périssable. Des phrases courtes articulées au gré d’une syntaxe simple, termes choisis, évocateurs, images discrètes, sans esbroufe.
   On se laisse prendre à la magie des noms propres comme Antigone le Borgne, Démétrios, Malika, Syllaios, Lilah, Dûshara...ou de géographie comme le Lac asphaltite, le Sîq, le Jebel Khubtha...
   Comme j'ai traîné mes bottes dans plusieurs désert, il vous sera peut-être utile de connaître ce mini-lexique: darbouka, tambour arabe, baraquer, faire s'accroupir les chameaux, amble, allure avec 2 jambes du même côté, blatérer, cri du chameau, reg, désert de cailloux, wadi, c.à.d. oued, rivière(souvent sèche).
   
   Vous avez même droit au premier chapitre gratuit, sur le site de Jean Romain, c’est pourquoi je n’ai pas introduit de citations :
 
 
   Bonne lecture !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jacques Perrin 26/11/2007 21:29

Est-ce "écrit" au moins ou rédigé à la petite semaine ?