Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chez Michel
  • Chez Michel
  • : Pa Capona
  • Contact

Articles Récents

Catégories

9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 10:26


Dans cette collection " Pause Philo", voici une sympatique et badine façon de philosopher sur les jours de la semaine. Sous-titré "petite philosophie de la semaine", ce n'est pourtant pas de la philosophie "à la petite semaine"! Sensiblité, humour, sens du concret (on croirait parfois qu' André Guigot se promène avec Ponge), on approche des jours sans calendrier ni PDA.
 
 
Voici un petit extrait sur le samedi, jour de marché:
 
SAMEDI
                    "Dans tout ce beau monde qu'il m'arrive de traverser, j'ai presque l'impression de pêcher mon poisson, de cueillir mes légumes, mes fruits, c'est sans doute le sens du rituel du samedi. Ces impressions s'opposent presque aux sensations des forêts, comme la confusion à la fusion, l'agitation à l'énergie. C'est pourtant autrement plus agréable qu'un métro en plein air. On y croise souvent des connaissances réparties par affinités, comme les poissons d'ailleurs, mais en mer. Les goûts des uns se formant par dégoût du goût des autres, le marché reproduit à sa façon les efforts de distinction sociale, la bonne humeur en plus de la semaine. Je passe un temps fou chez le bouquiniste, feuilletant des ouvrages qui ne m'auraient jamais attiré dans une Fnac, encore moins dans un catalogue. Là aussi, la simplicité exprime un certain degré de vérité. Rares sont les prétentieux face à un texte de Spinoza, même si la couverture est déchirée, les pages jaunies. Ou alors, leur bêtise relève du zoo ou du livre des records. Le gros monsieur barbu est authentiquement attentif à l'intérêt de tous, du SDF qui vient se réchauffer à l'intel­lectuel en quête de sens.
Le retour à la nature est lesté de la présence d'autrui. Ce n'est pas très poli de dire cela, mais on peut toujours se rattraper au marché, par exemple en disant bonjour à tout le monde. On serait dans une gare, je passerais pour un fou ; dans une boîte de nuit, pour un benêt ou un dragueur - ce qui revient au même d’ailleurs. " p.122-123) Editions Milan. 2006
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

GUIGOT 26/06/2007 19:36

merci pour cet article qui saisit très bien la "profonde simplicité" que j'ai cherché à retrouver dans mon essai "La sagesse des jours". En plus, vous écrivez vraiment agréablement...