Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chez Michel
  • Chez Michel
  • : Pa Capona
  • Contact

Articles Récents

Catégories

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 09:49
Shantaram, de Gregory David Roberts  
Vous ne le lâcherez pas, préparez quelques repas d'avance et dites au revoir à vos proches, mettez le panneau " Ne pas déranger"! Vous vous évitez une semaine de télé-débile! 

 Vue du "pavé" de 872 pages, écrit avec des caractères à peine

 supérieurs  à 1 mm, passez chez votre opticien avant de vous lancer!

  Rapport qualité/prix imbattable, 13 euros chez "J'ai Lu"!
Shantaram1

" Dans les années 1980, Lin s'évade d'une prison australienne et s'envole pour Bombay. C'est alors le début d'un long parcours initiatique, au cours duquel sa vie sera bouleversée. Docteur dans un bidonville avant d'intégrer la mafia de Bombay, Lin connaîtra l'amour mais devra aussi faire face à la trahison et à la violence. Grande fresque épique, ce roman brosse le portrait d'une Inde terriblement humaine. "

 

Né en Australie, après une descente aux enfers et une série de vols, il est condamné à dix-neuf ans de prison.
Il s'évade, passe dix ans à Bombay et est repris en Allemagne où il commence la rédaction de Shantaram en prison. Traduit en 31 langues et publié dans 90 pays, best-seller mondial, Shantaram est en en cours d'adaptation au cinéma avec Johnny Depp dans le rôle

principal.

 

Si vous vous lancez dans ce livre, vous ne saurez vous ennuyer! Et s'il se trouvait que vous ayez un petit souci, comme il en arrive à chacun, vous pourrez vous rassurer avec Montesquieu: "Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé."

 

Une histoire de fugitif, c'est l'adrénaline assurée, car l'épée de Damoclès d'une éventuelle capture vibre sur votre tête! Qui dit fugitif dit aussi quête de l'identité puisqu'il faut se reconstruire en l'absence des repères habituels. 

 

D'où l'importance que prend Khaderbhai, à la fois père spirituel et chef mafieux pour notre héros Lin aux divers " pseudos "  puisqu'il ne peut décliner son identité :

" Le faux passeport dans mon sac à dos disait que j'étais un citoyen néo-zélandais. La carte de visite dans ma poche disait que j'étais un Américain du nom de Gilbert Parker. Les gens du village de Sunder m'avaient rebaptisé Shantaram. Dans le bidonville, j'étais connu sous le nom de Linbaba. Un tas de gens dans mon pays me connaissaient grâce à une photo sur une affiche. p.282"

 

Lin ressent une véritable fringale du "père ":
" L'envie d'être un fils d'Abdel Khader Khan, d'obtenir la bénédiction d'un de ses compliments, était insoutenable. Le creux dans mon cœur où aurait pu, où aurait dû se trouver l'amour d'un père épousait les contours de sa silhouette et prenait les traits de son visage. Les  pommettes saillantes, la barbe grise bien taillée, les lèvres sensuelles et les yeux couleur d'ambre devenaient le visage parfait du père. p.285 "

 

Grâce à son meilleur ami Prabaker, dit  " Prabu ", Lin va s'immerger peu à peu dans Bombay et découvrir les arcanes de l'âme indienne. Loin de l'étudier comme un intellectuel, il va s'engager à fond dans l'organisation d'un petit dispensaire à l'intérieur d'un bidonville, le gangster se double alors d'un abbé Pierre!

 

Et l'amour dans tout cela? Magnifique histoire parce qu'impossible avec Karla, reflets d'un drame douloureux ,touches poétiques :
" Nos lèvres se sont rencontrées puis fondues comme les crêtes tourbillonnantes des vagues pendant la tempête. Je me suis senti tomber : libre, loin enfin de cet amour qui s'était épanoui en moi telle une fleur de lotus. Ensemble nous sommes tombés, le long de ses cheveux noirs, jusque sur le sable encore tiède au creux du bateau échoué. " p.868

 

Ajoutez à cela un débat philosophique en toile de fond sur la complexité du monde, la recherche du sens, la souffrance, le bien et le mal; l'aventure au coin de la rue, guerre des gangs, guerilla en Afghanistan et malgré tout de l'humour!

 

Des sites et des blogs comme s'il en pleuvait, en premier lieu, celui de l'auteur:

 

http://www.shantaram.com/

 

et d'inombrables présentations ou critiques: attention, après quelques unes, vous n'avez plus besoin le lire le roman! 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires