Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chez Michel
  • Chez Michel
  • : Pa Capona
  • Contact

Articles Récents

Catégories

25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 16:20

L'ÎLE DES CHASSEURS D'OISEAUX

(texte de couverture)

"Marqué par la mort récente de son fils unique, l'ins­pecteur Fin Macleod est envoyé sur son île natale de Lewis car un meurtre vient d'y être commis selon la même mise en scène que celui sur lequel il en­quête à Edimbourg. La tempétueuse île de Lewis, au nord de l'Ecosse, semble sortie d'un autre temps : on se chauffe à la tourbe, on pratique le sabbat chrétien, on parle la lan­gue gaélique. D'autres traditions particulières y perdu­rent, comme cette expédition organisée chaque été, qui conduit un groupe d'hommes sur l'îlot rocheux inhospitalier d'An Sgeir où ils tuent des milliers d'oi­seaux nicheurs destinés à la consommation. Dix-huit ans auparavant, Fin a participé à ce pé­rilleux  voyage initiatique. Il a ensuite quitté l'île et  n'y est jamais revenu. 

 

IleLewis.jpg

 Retourner là-bas, c'est retrouver un ami d'enfance, un premier amour, quelques camarades d'école de sinistre mémoire ; c'est sur­tout prendre le risque de laisser surgir les souvenirs, de découvrir à quel point on n'a rien oublié...

Un roman sombre et tourmenté, au suspense inexorable, plongé dans une atmosphère brumeuse qui doit autant aux décors naturels qu'à l'âme des personnages.

Installé dans le Sud de la France, l’ Ecossais Peter May est l'au­teur de nombreux romans policiers, notamment dune "série chinoise" à grand succès: Son oeuvre est traduite en France par les éditions du Rouergue, où l'on pourra lire la suite de L’lle des chasseurs d'oiseaux : L'Homme de Lewis (2011).

   

     Le numéro de voltige réalisé par Peter May dans ce polar consiste à reléguer l'intrigue policière au rang de prétexte. En fait, le lecteur va plutôt suivre à petits pas la biographie de l'inspecteur  Finlay Macleod, dit "Fin", depuis ses premières amours avec la blonde Marsaili, la rivalité avec son ami et rival Artair, les multiples frasques adolescentes, l'expérience initiatique sur l'île aux oiseaux, la vie d'étudiant à Glasgow et ses amours tumultueuses.

Le roman se révèle aussi comme un document ethnographique et sociologique sur les moeurs des habitants de l'île de Lewis. Avec en prime pour les ornithologues, la description détaillée de cette chasse au "guga", jeune fou de Bassan pris et tué sur le nid. Citation:

" Guga était le terme gaélique pour désigner un jeune fou de Bas­san un oiseau que les hommes de Crobost chassaient lors d’un voyage de deux semaines qui avait lieu chaque mois d'août et qui les menait sur un caillou, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de la pointe de Lewis. Ils l'appe­laient An Sgeir  "Le rocher", tout simplement. Des falaises de cent mètres, battues par les tempêtes, qui émergeaient de l'océan. Chaque année, à cette période, elles étaient envahies par des fous de Bassan, venus nidifier, et leurs petits. C'était l'une des plus importantes colonies de fous Bassan au monde et, depuis plus de quatre siècles, les hommes de Ness y faisaient un pèlerinage, affrontant des mers déchaînées sur des barques, afin de ramener leurs prises. Maintenant, ils s'y rendaient à bord d'un chalutier. Douze hommes de Crobost, le dernier village de Ness à perpétuer la tradition. Ils passaient quatorze jours sur le rocher, à la dure, escaladant les falaises par tous les temps, au risque de leur vie, pour piéger puis tuer les oisillons dans leurs nids. A l'origine, le voyage était motivé par la nécessité de nourrir les villageois restés à terre. Désor­mais, le guga était surtout un mets de choix, très recherché ­sur l'île. La loi limitait les prises à deux mille oisillons, une exception inscrite dans la loi pour la protection des oiseaux qui avait été votée par la Chambre des communes à Londres, en 1954. Pour qu'une famille puisse espérer manger du guga, il fallait donc qu'elle ait de la chance, ou d’excellentes relations. (P.73)

 

Cela dit, même en filigrane, l'enquête est passionnante; pour les profilers amateurs, bravo si vous trouvez le criminel et son mobile!



Partager cet article

Repost 0

commentaires