Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chez Michel
  • Chez Michel
  • : Pa Capona
  • Contact

Articles Récents

Catégories

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 15:19

 

    

       Vous trouverez cette rubrique "Saut de Loup" dans le Journal Coopération en  Suisse.  "Grégoire" nous y présente chaque semaine un petit gag, souvent basé sur des jeux de mots,  dont la portée, si elle n'est pas forcément transcendantale, a le mérite d'amuser les esprits facétieux.

     Comme la rotative dédiée à la rentrée littéraire tourne déjà à plein régime, j'ai trouvé la petite histoire très à propos, lorsqu'il s'agit de déceler de nouveaux talents. 

 

 

      (Coopération No 34 du 24 Août 2010, p. 91)

 

Saut de Loup

 

Marcel Proust

L'éditeur avait en face de lui un écrivain à la fine moustache. «J'ai lu attentivement votre manuscrit. C'est verbeux de chez verbeux.» II tendit la main avec nonchalance et choisit un passage. L'écrivain ne fut pas sans remarquer que la page était marquée d'un signet. «Je vous cite au hasard: Quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore... Bref, c'est redondant de chez redondant. On a l'impression que vous écrivez les volets fermés.» L'écrivain faillit dire que c'était bien le cas, mais il se tut. Nouvel abordage de l'éditeur: «Avez-vous prévu un titre, au moins?» Et l'auteur, d'une voix frêle: «Oui. Du côté de chez Swann.»

                                                                                        Grégoire

 

  

    

Curieux, j'ai voulu revoir la phrase complète: 

 

Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir."

 

 

 Ainsi notre hypothétique éditeur aurait raté cette pièce majeure de l'échiquier proustien, le rôle des sens dans la construction de la mémoire. Ce passage explique et met un terme à la fameuse expérience de la madeleine.

 

Voilà, on est prêts pour la rentrée!

 

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires