Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chez Michel
  • Chez Michel
  • : Pa Capona
  • Contact

Articles Récents

Catégories

20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 12:55
     Quelques jours de vacances, un petit voyage en vue, un cadeau de dernière minute, quel bon polar trouver sans se prendre la tête?
En voici 3 de genres différents qui devraient répondre à vos attentes.
     Ils ont en commun cette constante des policiers modernes où le fin limier n'est plus un superman mais un être avec une bonne dose d'ombres, de fragilités, bref, de problèmes personnels et sociaux....

3polars

 
Déviances, de Richard Montanari, Pocket  
 

      Dans « Déviances », l’inspecteur  Kevin Francis Byrne est un peu au bout du rouleau, sort d’une mauvaise affaire et doit donc redorer son blason. Chez lui, ça ne rigole pas non plus, d’où une légère tendance à l’alcool : « Byrne vida son irish coffee, s’enfonça plus confortablement dans son siège. Il n’avait aucune raison de rentrer chez lui. Il était censé reprendre son service dans quelques heures. De plus, ces temps-ci, il n’était guère plus qu’un fantôme dans son propre appartement, un esprit morose qui hantait deux pièces vides. Personne ne s’inquiéterait de son absence ».  P.31

  

     Heureusement , il sera épaulé par  Jessica Balzano, fraîchement nommée inspectrice, doutant encore d’elle-même, mais de plus en plus efficace.

        
     Une à une, des jeunes filles de pensionnats catholiques sont retrouvées  mortes, les mains jointes par un boulon et  tenant un rosaire, et quelques points de suture grossière curieusement situés.  Bref, l’œuvre d’un grand malade . Belle chasse au serial killer, rythme soutenu, suspense garanti.

 

d     Sous les Vents de Neptune, Fred Vargas, J'ai Lu


       J’avais déjà lu «  L’homme aux cercles bleus », « Ceux qui vont mourir te saluent », «  L’homme à l’envers », « Pars vite et reviens tard », « Dans les bois éternels »,   et pensais avoir fait le tour de la question, mais non, il me manquait ce monument !

        Jean Baptiste Adamsberg est au plus mal, saisi de malaises surprenants  : « Il repliait le quotidien à la hâte, déconcerté par  un malaise brutal qui venait de le saisir avec violence, comme un chat vous saute sur le dos toutes griffes dehors. Une sensation de choc, d’oppression, une sueur sur la nuque, en dépit du froid du bureau. » p.13

        Des  meurtres commis par des ivrognes, toujours la même arme, un trident. Sous ces mises en scène trop faciles se cache un machiavélique tueur. Petit problème, le suspect no 1 serait mort depuis une vingtaine d’années . Jean-Baptiste va se retrouver très seul dans cette affaire, lâché par son supérieur , inculpé par les canadiens et peut-être même trahi par Danglard ? Toute l’équipe va suivre une initiation aux techniques de recherche de l’ADN au Canada, Fred Vargas en profite pour nous faire profiter de la truculence du parler canadien, Criss…. ! La solide lieutenant Rétancourt va nous sortir un grand numéro !  Pour couronner le tout, une recherche en paternité, Camille est devenue mère !

       Harassant de tension, superbe, incontournable.


 
Un sur  deux, de Steve Mosby, Points


       La plus grosse pathologie jamais décrite. Le sérial veut surtout tuer l’amour et torture des couples au cours d’un « jeu » où chacun des amants doit décider lequel va mourir. Auparavant, il les aura espionnés de près pendant des mois et connaît déjà leur âme et conscience, laissons  parler une des futures victimes, qui aurait dû contrôler son grenier :

 « …il aurait découvert le diable, accroupi dans un coin, baigné d’une lumière d’un bleu métallisé. Le diable était immobile, ou presque, le regard rivé sur le petit écran face à lui, en train d’écouter au casque les données transmises par le dispositif de surveillance qu’il avait installé dans la maison. » p.21

       En outre, les policiers sont encore fragiles ; le fameux John Mercer, sortant de dépression, peine à se remettre de la mort d’un de ses plus fidèles équipiers et son nouveau bras droit, Mark Nelson est encore hanté par la disparition en mer de sa compagne qu’il n’a pu sauver.

     
      C’est le premier roman de Steve Mosby, mais il se place d’emblée parmi  les têtes de série (noire) !

Partager cet article

Repost 0

commentaires